2001 - Martin Lacombe

 

LACOMBE PENSE DEJÀ À 2002.

 

Martin, le frère de Sylvain, a bien hâte de se faire un prénom.

 

Même si la campagne 2001 n'est pas encore terminée, Martin Lacombe pense déjà à la prochaine saison. On peut même dire sans se tromper qu'il l'attend avec impatience.

 

"J'ai vraiment hâte, a expliqué le pilote du bolide no81 de la série Suprême ADL Tobacco. J'aurai alors une bonne voiture qui me permettra d'être compétitif en piste. Je suis à la recherche d'un véhicule neuf. Je pourrais peut-être aussi m'acheter une voiture usagée à condition qu'elle soir très performante. Mon objectif est de pouvoir terminer dans le top 5.

 

"Actuellement, je cours avec le véhicule dont je me servais quand je courais dans la série CASCAR. Il pèse au  moins 200 livres de plus que les autres voitures contre lesquelles je compétitionne dans le LMS. Je n'ai donc pas de chance de rivaliser avec les meilleurs malgré tous mes efforts".

 

Dix-neuvième au classement du Tour LMS Québec avec 341 points, Lacombe devra vraisemblablement se contenter d'une place parmi les 20 premiers au classement cumulatif de la saison. Avec une épreuve à disputer, ses chances de grimper au-delà de la 15e place sont nulles.

 

Qu'à cela ne tienne, le coureur de Terrebonne n'aura pas complètement perdu son année. Condamné à regarder les meilleurs se battre pour la victoire, il en a profité pour les étudier. Il connaît maintenant les réactions en piste de la plupart des meneurs au classement. Des informations précieuses qui lui serviront à coup sûr lorsqu'il pourra rivaliser avec eux.

 

"J'ai beaucoup appris cette année. Et grâce à ces nouvelles connaissances, je serai un meilleur pilote l'an prochain. Les autres devront se surveiller".

 

Maintenant âgé de 31 ans, Lacombe est d'avis que son attitude en piste a bien changé depuis ses débuts en course automobile il y a 16 ans. Plus expérimenté ,il est aussi beaucoup plus sage. "Il y a quelques années, il fallait absolument que je me retrouve ne tête après

le premier tour, et ce, même si je partais dernier. J'étais prêt à tout pour

dépasser les coureurs devant moi. Avec les années, j'ai appris à être plus patient. Et puis je suis beaucoup moins agressif. Bref, j'ai vieilli".

 

SORTIR DE L'OMBRE

 

Lacombe ne le cache pas, il attend fébrilement d'obtenir ses premiers succès en série LMS. D'abord parce qu'il pourra enfin obtenir sa part de visibilité au sein du Tour du Québec. Mais aussi et surtout parce qu'il pourra enfin sortir de l'ombre de son frère aîné Sylvain, celui-là même qui l'a initié à la course automobile.

 

"C'est certain que l'on va parler de  moi le jour où je vais performer. En attendant, je dois attendre mon tour. C'est une situation que je comprends très bien. C'est normal que les grands bénéficient de l'attention des médias. "En gagnant régulièrement, je vais aussi pouvoir me faire un prénom.

 

Présentement, le nom Lacombe est bien connu dans le monde de la course automobile au Québec. Mais quand on le mentionne, on fait toujours référence à mon frère Sylvain. C'est le premier de la famille et c'est lui qui a eu le plus de succès en courses jusqu'ici. J'ai cependant bien hâte que l'on pense à moi. Et c'est en obtenant régulièrement de bonnes performances que je vais y arriver".

 

N'allez pas vous méprendre, le cadet des Lacombe n'est pas jaloux pour deux sous de son frère aîné. Au contraire. Associés en affaires dans une entreprise de démolition, les deux sont aussi complices lorsqu'il est question de course automobile.

 

"Nous partageons le même garage. Nos voitures y sont côte à côte. Il n'y a donc pas de cachette entre nous. Et peu importe qui a besoin d'un coup de main, l'autre est toujours prêt à aider. Sylvain m'a d'ailleurs toujours très bien appuyé et il m'a donné de nombreux conseils.

 

"C'est certain, il arrive que nous nous accrochions quand nous sommes en piste. Mais ce sont des choses normales. Et quand la course est finie, on oublie tous les deux rapidement ce qui est arrivé. Ca nous donnerait quoi d'être rancuniers? Et, de toute manière, je n'ai jamais aimé la chicane".

 

BELLE RIVALITÉ

 

Il existera toujours une belle rivalité entre les frères Lacombe. A preuve, Martin a confié que battre son frangin en piste lui apporte plus de satisfaction que de doubler les meilleurs coureurs de la série Suprême ADL Tobacco. "Pour moi, Sylvain sera toujours l'homme à battre. Je n'ai rien contre les autres coureurs. Il y en a d'excellents. Mais avoir le meilleur sur mon frère sera toujours quelque chose de très spécial et de très satisfaisant.

 

"Le seul temps où j'ai eu le dessus sur Sylvain, c'est à Saint-Eustache il y a deux ans. Cette année-là, ma voiture étais pas mal plus performante que la sienne. J'ai bien hâte que ça se produise de nouveau".

 

Par:Jean-François Tardif

        Le Soleil

 

Source : Christian ‘Ti-Gaz’ Genest