2002 - Steve Poirier.

 

Coors Light 100

Steve Poirier fait mordre la poussière aux américains.

 

Un jeu de mots facile mais surtout très approprié. Le champion défendant de l'Autodrome Drummond vient de réaliser un rêve d'une multitude de Québécois qui ont évolué sur le Circuit DIRT depuis bon nombre d'années. Poirier est le premier pilote d'ici à gagner une épreuve majeure aux dépends de la crème des vedettes américaines de cette discipline et surtout, c'est devant son public qu'il a accompli cet exploit.

 

Ce moment unique restera longtemps dans la mémoire des spectateurs présents qui se sont tous levés pour l'ovationner lorsqu'il a croisé le fil d'arrivée.

 

Favorisé lors de la pige qui déterminait les douze premières positions, Poirier s'est retrouvé deuxième au départ, sur la première ligne, aux côtés de Robert Ranger qui avait annoncé ses couleurs en gagnant une des trois qualifications plus tôt en soirée. Ranger  a mené les 4 premiers tours puis ce fut au tour de

Poirier de prendre les commandes. Ce dernier a rapidement creusé un écart sur ses poursuivants et a pu habilement se frayer un chemin parmi les retardataires.

 

Des gros noms comme Steve Paine et Danny Johnson se livraient une chaude lutte mais n'ont pas gêné la progression de Poirier lorsque celui-ci est parvenu à leur hauteur pour les reléguer un tour à l'arrière. Un drapeau jaune avec deux tours à faire a permis à Alan Johnson et Brett Hearn de se rapprocher de Poirier mais ce dernier a très bien géré la reprise pour compléter l'épreuve de façon magistrale.

 

Parmi les 13 Québécois qui ont participé à la course, il faut souligner la 5ème place de David Hébert et la 10ème de Robert Ranger. En plus d'une troisième position à l'arrivée, Brett Hearn avait réalisé la meilleure performance aux essais chronométrés avec un temps de 17.989 pour une vitesse moyenne de 100.061 milles à l'heure.

 

Par : Guy Bellerive.

 

Source : Christian ‘Ti-Gaz’ Genest

                Provenant d’un journal ou revue